Frantiček Klossner


L'artiste contemporain suisse Franticek Klossner vit à Berne. Il est connu pour ses œuvres dans les domaines de l'art vidéo, de la sculpture, de l'installation, du dessin et de la poésie visuelle. Dans son travail, il associe les moyens d'expression artistiques des beaux-arts à ceux des arts de la scène. Avec ses installations vidéo pluridisciplinaires, qui présentent souvent un caractère performatif ou ressemblent à des expériences scientifiques énigmatiques, Franticek Klossner fait partie des pionniers de la scène suisse de l'art médiatique. Toute sa création artistique est imprégnée de questions existentielles, proches de la réalité de la vie. Dans ses œuvres, le corps humain représente les processus d'individuation mentale et les interdépendances sociales. Parmi ses groupes d'œuvres les plus connus figurent les "Melting Selves". Ces autoportraits gelés dans la glace laissent clairement apparaître l'attitude intérieure de l'artiste et racontent de manière saisissante ce dont il s'agit dans son art : les métamorphoses de la vie, le moi en transition, les interactions entre les forces extérieures et intérieures. L'esthétique frappante et la véhémence de son langage pictural sont portées par une matérialité très sensuelle. Grâce à cette sensualité à plusieurs niveaux, ses œuvres incitent le public à remettre en question ses images intérieures et à réexaminer sa propre pensée.

Collections d'art publiques et musées

Les œuvres de Frantiček Klossner sont représentées dans de nombreuses collections d'art public : Musée national suisse, Musée d'art et d'histoire Fribourg MAHF, Kunsthaus Zürich, Collection Reinking Hambourg, Fondation Moses Mendelssohn Berlin, Collection fédérale d'art de la Confédération suisse, Collection Carola et Günther Ketterer-Ertle, Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse, Musée des beaux-arts de Berne, Neuer Berliner Kunstverein, Ursula Blickle Videoarchiv, Österreichische Galerie Belvedere Wien, Zentrum für Kunst und Medien ZKM Karlsruhe, Sammlung Tomarkin Berlin, Museo de Arte Moderno de Buenos Aires MAMBA Argentina, Musée des beaux-arts de Soleure, Collection d'art du canton de Berne, Collection d'art de la ville de Zofingue, Kunsthaus Centre d'art Pasquart Biel/Bienne, Collection Banque Bonhôte Neuchâtel, Collection d'art de la Mobilière, Institut suisse de Rome

Expositions

Depuis 1990, les œuvres de Frantiček Klossner sont présentées dans des expositions internationales et dans le cadre de festivals vidéo. Des expositions individuelles lui ont été consacrées notamment par: Kunsthaus de Granges, Suisse (2001); Museo de Arte Moderno de Buenos Aires MAMBA (2004); Centro de Expresiones Contemporáneas de Rosario (2007); Centro d’Arte Contemporanea Ticino CACT (2002); Galeria de Arte Universal, Santiago de Cuba (2005); Musée d’art de Soleure (2008); Kunsthaus Interlaken (2013); Kunsthalle Wil (2014); Kunstverein Ruhr, Essen, Rhénanie-du-Nord-Westphalie (2015)

Récompenses et distinctions

2018 Prix d'honneur pour les arts de l'Association Network
2017 Lauréat du concours "Kultur.Digital", Canton de Berne

2009 Art Position Award, Prix du public, Canton de Vaud
2009 Prix pour les arts médiatiques de la Banque Valiant

2007 Bourse du Fonds culturel, Office fédéral de la culture

1999 Nomination pour le prix Böttcherstrasse, Brême

1997 Bourse de la Fondation UBS pour la culture

1997 Prix de l'art vidéo, Thuringe et de Rhénanie-Palatinat

1996 Membre de l'Institut suisse de Rome

1992 Prix de l'art de la Fondation Aeschlimann-Corti

1991 New York Studio Grant, Bourse de la ville de Berne

Formation

Frantiček Klossner a effectué sa formation artistique à l’École d’art et de design F+F de Zurich (1985–1989), dans laquelle enseignaient des artistes tels que Hansjörg Mattmüller, Hermann Bohmert, Norbert Klassen, Vollrad Kutscher, Valie Export et Peter Weibel, ainsi que le philosophe de la culture Gerhard J. Lischka et des professeurs invités comme Jean Baudrillard, Paul Virilio ou Vilém Flusser. Après ses études, il obtient une bourse de la ville de Berne, qui lui permet de s’installer dans un atelier du quartier d’East Village à New York : il se concentre alors sur l’art vidéo, les performances et les installations artistiques. En 1995, il devient résident de l’Institut suisse de Rome. Après avoir occupé l’atelier de cette institution pendant deux ans, il s’installe dans la ville de Rome, où il travaille jusqu’en 2000. Après son retour en Suisse, il dirige le projet d’exposition «Identité mobile» pour l’Exposition nationale suisse de 2002 (Expo.02) à Morat.

Missions d’enseignement

De 1993 à 2001, il a cofondé le département des nouveaux médias à la F+F School of Experimental Design de Zurich et a enseigné la performance et l'art vidéo. À partir de 2002, il est chargé de cours à l’Académie des arts médiatiques de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW) et à l’École cantonale d’art du Valais (ECAV). En 2006, il a accepté un poste de professeur à la Haute école des arts de Berne (HKB), où il enseigne depuis lors à l'Institut d'art et de recherche transdisciplinaires.


galerie-c-neuchatel-art-contemporain-paris-sculptures-performatives-autoportrait-congelé-de-l’artiste-franticek-klossner
«Melting Selves», Franticek Klossner, les autoportraits en glace, série d'œuvres depuis 1990

Frantiček Klossner qualifie sa série de portraits et de corps congelés d'"Infinite Performance". Ce concept performatif n'est pas seulement conçu pour la durée d'une exposition, il s'étend déjà sur 30 ans, depuis ses premières "congélations" (1990) jusqu'à aujourd'hui, dans un contexte à chaque fois nouveau, en de nombreuses variations installatives ou médiatiques. Chaque nouvelle mise en scène est un processus limité dans le temps. On pense involontairement à l'éphémère et aux durées de vie qui passent. Mais la force d'attraction de l'œuvre et son rayonnement tout aussi puissant sont capables, dans leur ensemble, de stimuler des pensées, des sentiments et des souvenirs dont la cohésion est déjà spécifique à l'art. Il ne s'agit donc pas seulement d'un autoportrait en glace qui fond lentement, mais surtout d'une "image humaine du présent" qui se modifie imperceptiblement mais visiblement, pour finalement se dissoudre complètement. Le "devenir de moins en moins" de la sculpture solide comme la glace fait tout autant partie de la compréhension de l'œuvre et du concept de Franticek Klossner que la répétition rituelle et le "gel de soi" qui revient sans cesse. Son œuvre est en perpétuelle mutation, entre éphémère et réapparition. Pour ce faire, l'artiste a recours à des mises en place symboliques ambiguës et à la réactivation consciente de représentations temporelles millénaires. Il s'agit pour lui d'une image sculpturale de l'homme qui porte pour ainsi dire le temps en elle et qui incarne différentes conceptions du temps. De cette manière, il pose également la question existentielle du "temps intérieur" et du "temps extérieur" de l'homme. (Dr. Peter Friese, Kunstverein Ruhr, Essen, 2015)


galerie-c-neuchatel-paris-curateur-christian-egger-autoportrait-congele-en-glace-de-l-artiste-franticek-klossner
Autoportrait congelé, Franticek Klossner, de la série d'œuvres «Melting Selves», depuis 1990

le-corps-humain-dans-l-art-contemporain-autoportraits-congeles-de-l-artiste-suisse-franticek-klossner-sculptures-art-collection-reinking-hambourg
"Hidden Assets", chambre froide avec autoportraits congelés de Franticek Klossner, collection d'art Rik Reinking Hamburg, Kunsthalle Osnabrück, 2011

nous respirons l'art

Dans la lumière blafarde d'une lampe à incandescence, Franticek Klossner range une multitude d'autoportraits figés. La collection fantaisiste ressemble à une expérience clinique. Les têtes lucides sont alignées de face sur des étagères métalliques. Chaque tête est façonnée différemment par le processus de congélation : Éclatée, déchirée, fendue ou parfaitement ressemblante, elle reflète toute la gamme des déformations et des changements de forme. Face à ces "moi congelés", nous pensons involontairement au best-seller de Richard David Precht "Qui suis-je - et si oui, combien ?". La physicalité vulnérable des "moi" stockés devient un symbole des conditions humaines. Dans le froid du congélateur, les processus de notre perception s'intensifient : à chaque respiration, le froid nous pénètre ! Nous inspirons le travail ... et laissons en expirant, par le réchauffement de notre souffle, un givre sans cesse croissant sur les têtes gelées. Comme une fine fourrure, le souffle du public se pose sur l'œuvre de l'artiste. (Mechthild Zawadinsky, Kunsthalle Osnabrück, 2011)


artiste-suisse-franticek-klossner-art-contemporain-sculpture-autoportrait-gelé-glace-froid-changement-climatique-collection-reinking-hamburg-musee-des-beaux-arts-de-berne
"Hidden Assets" - à l'intérieur de la chambre froide: nous respirons l'œuvre ... le souffle des visiteurs se dépose en givre sur les œuvres d'art.

franticek-klossner-artiste-suisse-sculpture-contemporaine-le-corps-humain-collection-art-reinking-hambourg-art-performatif-ephemere
Buste gelé dans la cour de la Kunsthalle Osnabrück, exposition : "Le corps humain dans l'art contemporain", Collection Reinking Hamburg, 2011

Inge Herold, extrait du texte du catalogue : «Le buste depuis Auguste Rodin», Städtische Museen Heilbronn, 2005

Comme Dieter Roth, Franticek Klossner livre son autoportrait à la déformation et à la dissolution, mais l'aspect du cycle du devenir et de la disparition joue également un rôle important chez lui. De plus, son matériau est d'une toute autre qualité que celui de Roth. Les autoportraits que Klossner réalise depuis 1990, intitulés "Melting Selves", sont des moulages d'eau congelée qu'il utilise de différentes manières dans des installations, des performances et des séquences vidéo. L'eau n'est pas seulement la matière qui donne la vie par excellence, c'est aussi un élément extrêmement changeant qui se présente sous trois formes d'état : liquide, solide (neige et glace) et gazeux (brume, brouillard, vapeur). Les processus de congélation et de fusion sont - comme la cuisson dans les œuvres de Quinn - des processus déformants qui développent une forte dynamique propre sur laquelle l'artiste n'a aucune influence. Dans un travail vidéo spécialement conçu pour l'exposition "Die obere Hälfte", Klossner oppose à la déformation et à la dissolution par la fonte - à comprendre dans ses travaux antérieurs comme une métaphore du temps et de l'éphémère - l'idée de renaissance et de renouvellement. Six bustes de l'artiste disparaissent et renaissent dans un processus rythmique accompagné d'une séquence sonore minimaliste composée de sons basés sur ses battements de cœur. Les bustes fondent - les gouttes s'élevant métaphoriquement vers le ciel comme des bulles de pensées - et se reforment à partir de gouttes s'élevant d'en bas : une inversion du processus réel. Klossner associe l'idée d'un cycle de vie éternel au thème de l'exploration de soi et à la question de l'identité : "Un individu n'existe pas, nous sommes une identité liquide. Tout blocage est inutile - le temps est un changement de forme".


art-video-de-l-artiste-suisse-franticek-klossner-art-et-alchimie-kunsthalle-will-sg-art-contemporain
«ex vivo - in vitro», Frantiček Klossner, installation vidéo, Kunsthalle Wil/SG, 2014

franticek-klossner-art-contemporain-suisse-installation-vidoo-alchimie-et-art-et-psyche
«ex vivo - in vitro», Frantiček Klossner, installation vidéo, Kunsthaus Interlaken, 2016

États d'agrégation humains

Le travail de Frantiček Klossner est riche en questions existentielles et s'intéresse aux processus d'individuation mentale et d'interdépendance sociale. L'installation vidéo "ex vivo - in vitro" le montre de manière particulièrement frappante : la scène rappelle une collection de préparations anatomiques humides dans un musée d'histoire de la médecine. Immergés dans un liquide dans de grands flacons de verre, isolés, conservés et séparés les uns des autres, nous découvrons des corps humains nus et des têtes qui parlent. Les corps se tordent dans l'étroitesse de leur isolement. Les têtes tournent autour de leur propre axe comme des globes. Les visages qui défilent deviennent des cartes du monde de vies déjà vécues. Cette situation met en évidence les effets de l'isolement social et de l'exclusion sur le psychisme d'une personne. Mais à l'intérieur des ampoules, la résilience humaine germe. Avec des mots énigmatiques, les "enfermés" s'adressent à eux-mêmes et à nous. Ils parlent d'amour et de nostalgie, de proximité et de distance, d'espoir et de confiance. Avec leurs voix hypnotisantes et leurs paroles répétitives qui se superposent et se contredisent, ils captivent le public. De cette manière, les individus séparés les uns des autres transmettent une image extrêmement puissante et actuelle de la société actuelle et de l'idée de ce que cela pourrait signifier d'être un être humain.


art-contemporain-suisse-art-video-exposition-alchimie-art-et-la-psyche
«ex vivo - in vitro», Frantiček Klossner, video installation, Collection d'art contemporain Carola & Güntheer Ketterer Ertle, 2016

autoportrait-x-rayfranticek-klossner-artiste-contemporain-suisse-video-performance-radiographie-autoportrait-collection-art-carola-guenther-ketterer-ertle
Vue de l'exposition "Danse Macabre", Musée de la communication, Berne, "X-ray of My Skull" de Meret Oppenheim (1964) et "My skull is given a face", vidéo X-ray de Frantiček Klossner (1999)

Le squelette d'un crâne humain qui s'anime et nous regarde de ses orbites osseuses est effrayant et irritant. Un crâne en chair et en os, vivant ? Cet autoportrait non conventionnel, éclairé par rayons X, est cadré dans la forme d'apparence classique d'un médaillon et renvoie ainsi à la caractéristique picturale des bijoux funéraires des années d'après-guerre. Mais la performance vidéo de Frantiček Klossner est un memento mori plein d'autodérision et d'une envie palpable d'expérimenter artistiquement avec des médias d'imagerie médicale. Les associations oppressantes sont clairement contrastées par une espièglerie sournoise et un humour noir. La mort semble vouloir nous dire que la vie après la mort sera aussi sensuelle et bizarre que notre existence contradictoire dans cette période que nous appelons le présent. (Léonard Cuènoud, Hess Collection, texte du catalogue, 2000)


franticek-klossner-artiste-art-contemporaine-video-performance-radiographie-autoportrait-collection-art-carola-guenther-ketterer-ertle
«My skull is given a face», Frantiček Klossner, Autoscopie, 1999, vidéo radiographique expérimentale, peinture corporelle avec agent de contraste médical, imagerie radiographique en collaboration avec l'Institut de radiologie de l'Université de Berne

ecorchement-de-marsyas-franticek-klossner-collection-art-suisse-ketterer-ertle-les-metamorphoses-d-une-vie-d-artiste
«L'écorchage d'un artiste - Métamorphoses d'une individuation», Frantiček Klossner, Musée d'art et d'histoire de Fribourg, exposition: "Le corps et le sacré ", 2021

«...la peau que je n'habite plus»

Dr. Caroline Schuster Cordone, vice-directrice, Musée d'art et d'histoire Fribourg MAHF

La transformation et la fragmentation du corps sont au cœur du travail de Frantiček Klossner. Depuis 1989, il réalise des « peaux » à taille réelle en caoutchouc naturel. Il s'agit de moulages réalistes de son corps qu'il utilise pour congeler ses portraits-bustes en glace, les «Melting Selves». La réalisation de ces œuvres est le fruit d’un travail lent et méticuleux qui s’apparente à un rituel : l’artiste appose la matière, en fines strates, couche après couche, en la laissant sécher entre deux applications. De nombreux passages sont nécessaires jusqu’à obtenir l’épaisseur nécessaire imitant une peau réelle. Il en résulte, au fil des années, une série de peaux retirées – comme des chrysalides de vies antérieures – ou des reliques du passé. Le vieillissement naturel de ces œuvres (dû à l’obscurcissement et à l’assèchement du matériau) tout comme les traces des étapes de travail (éraflures, coupures, blessures), donnent à chacune un aspect singulier.

 

Ces fragments, que l'artiste moule et conserve à partir de son propre corps, peuvent être lus comme des étapes ritualisées dans un processus d'individuation humaine et artistique. Les « écorchés » de Klossner font également partie du dialogue de l’artiste avec la tradition antique, biblique ou l'histoire culturelle. On pense au mythe de Marsyas, le satyre musicien écorché par Apollon, ou encore à Barthélemy, l’apôtre écorché dont la peau est devenue l’attribut. Un dernier lien inspirant s’impose, notamment lors de la présentation des œuvres groupées au sein d’une exposition. L’accrochage de plusieurs peaux de Klossner prend alors des allures de visions fantasmagoriques. Les peaux semblent en lévitation, paupières closes, dirigées vers un monde imaginaire. On songe irrémédiablement à la célèbre eau-forte de Francisco de Goya, El sueño de la razon produce monstruos (Le sommeil de la raison engendre des monstres) tirée de sa série Los Caprichos. Le peintre endormi y donne naissance à des créatures nocturnes volantes et menaçantes. Selon Goya, « l’imagination sans la raison produit des monstres impossibles : unie avec elle, elle est mère des arts et à l'origine des merveilles ». Le lien avec Klossner est double : formellement, dans la vision d’une envolée mystérieuse et inquiétante dont l’artiste est à l’origine, mais également dans le rapport entre raison et imagination. Car Frantiček Klossner associe dans sa pratique une pensée philosophique éclairée et une liberté artistique à la hauteur de son imaginaire pour exprimer à la fois l’émergence du moi, sa métamorphose et son effacement.

 

Le fait de se dépouiller de sa propre peau permet enfin à l’artiste d'incarner le passage du temps, de visualiser les étapes de son évolution personnelle en tant qu'homme et comme créateur, de matérialiser ses métamorphoses et son parcours de vie tel un serpent qui délaisse à plusieurs reprises sa propre peau pour renaître à lui-même.


la-peau-que-je-n-habite-plus-franticek-klossner-sculpture-caoutchouc-naturel-collection-carola-et-guenther-ketterer-ertle-berne-suisse
«l'écorchage», La peau que je n'habite plus, Frantiček Klossner, 2001, Collection d'art Carola et Günther Ketterer Ertle

tatouage--performance-visual-poetry-franticek-klossner-institut-suisse-de-rome
Tatouage, performance pour l'inauguration de l'installation permanente de textes dans le parc de l'Institut suisse de Rome, Franticek Klossner, 1998

institut-suisse-de-rome-art-contemporiane-installation-permanente-poesie-visuelle-facade-en-verre-franticek-klossner
Institut suisse de Rome, Installation permanente, Poésie visuelle, Notes manuscrites, technique de sablage sur façade en verre, Franticek Klossner, 1998

franticek-klossner-art-contemporain-berne-suisse-galerie-art-da-mihi-poesie-visuelle
«Comment l'art naît et l'un est lié à l'autre», Franticek Klossner, Poésie visuelle, technique de sablage sur métal, 50x50cm, 2018

galerie-c-neuchatel-paris-curateur-christian-egger-art-contemporain-suisse-franticek-klossner-poesie-visuelle-dada
«Relations bilatérales», poésie visuelle, Franticek Klossner, 2014, le président de la ville de Berne, Alexander Tschäppät, et le maire de Berlin, Klaus Wowereit, avec un panneau de texte de la série: "L'art fait de la politique", photo : Simon Schmid

franticek-klossner-art-video-installation-projection-mapping-video-artcontemporain-suisse-kunsthaus-zofingen-ere-numerique-generation-tete-en-bas
«Generation Head Down», installation vidéo, Frantiček Klossner, Kunsthaus Zofingen, 2017, photo : Timo Ullmann

kunsthau-zofingen-art-contemporain-suisse-franticek-klossner-art-video-divinites-grecques-dialoguer-avec-le-temps-numerique
«Generation Head Down», Cinq divinités grecques en conversation sur l'ère numérique, installation vidéo, Frantiček Klossner, Kunsthaus Zofingen, 2017, photo : Timo Ullmann

art-contemporain-franticek-klossner-art-video-projection-mapping
Détail de l'installation vidéo «Generation Head Down», Kunsthaus Zofingen, 2017, Photographie : Timo Ullmann

sculpture-video-interactive-franticek-klossner-art-participatif-video-mapping-haute-ecole-specialisee-bernoise
«Parle-moi», sculpture vidéo interactive, Frantiček Klossner, Haute école spécialisée bernoise - Faculté d'économie, 2019

art-et-la-guerre-un-appel-a-la-paix-installation-video-interactive
«Appels et rapports», installation vidéo interactive, Franticek Klossner, Musée des beaux-arts de Soleure, 2001

art-video-franticek-klossner-installation-video-haute-vitesse-le-corps-se-dissout dans-l-ivresse-des-images-maison-des-arts-granges
«Mess Up Your Mind», vidéos à haute vitesse, installation vidéo multicanaux, Franticek Klossner, Kunsthaus Grenchen, 2001

parlement-européen-strasbourg-salle-plénière-politique-et-histoire-culturelle-en-dialogue-avec-le-présent-par-l'artiste-franticek-klossner-acteur-ben-gageik
Héraclès dans la salle plénière du Parlement européen de Strasbourg, interprété par le comédien Ben Gageik, installation vidéo de l'exposition «Facing History» de Franticek Klossner, Collection des antiquités de l'Université de Berne, 2019

art-politique-art-sociocritique-artiste-suisse-franticek-klossner-art-video
Un «dernier repas» plutôt différent, installation vidéo à huit canaux avec du pain parlant, Franticek Klossner, Kunstmuseum Solothurn, 2008

echo-et-narcisse-dans-l-art-contemporain-franticek-klossner-art-video-installation-interactive-avec-commande-vocale
«Echo et Narcisse», installation vidéo interactive, Franticek Klossner, collection d'art de la Mobilière, vue de l'exposition: «Le miroir de Narcisse», Kunsthalle Tirol, Taxispalais Innsbruck, 2012

berne-culture-archives-sur-la-scene-culturelle-bernoise-installation-video-interactive-franticek-klossner
«Kunst macht Politik», installation vidéo interactive, archives sur la scène culturelle bernoise, Franticek Klossner, Kornhausforum Berne, 2003

artiste-christo-emballee-par-josy-kraft-art-contemporain-dessin-crayon-sur-papier-franticek-klossner-kunsthalle-de-berne
«L'artiste Christo est emballé par Josy Kraft», dessin, crayon sur papier, tiré de la série: L'art fait de la politique, Franticek Klossner, Kunsthalle Bern, 2006, exposition commémorative Harald Szeemann

franticek-klossner-art-contemporain-dessin-crayon-sur-papier-kunsthalle-de-berne-historien-d-art-hans-christoph-de-tavel-porte-les-drapeaux-de-meret-oppenheim
«L'historien d'art Hans Christoph de Tavel porte deux drapeaux de Meret Oppenheim sur le pont avec des nuages», dessin, crayon sur papier, Franticek Klossner, Kunsthalle Bern, 2006, exposition commémorative Harald Szeemann

celui qui murmure à l'oreille des Arts

Michaela Nolte, à propos de la série d'œuvres "L'art fait de la politique", 2007 : dans ses archives de performances interactives "L'art fait de la politique" (à partir de 2003), Frantiček Klossner tisse une boucle de dialogue composée de multiples réseaux avec des enregistrements vidéo d'environ 500 acteurs culturels à ce jour. Il ne s'agit pas d'une collection traditionnelle, mais d'un réseau rhizomatique, avec l'artiste comme créateur communautaire d'interférences humaines, artistiques et médiatiques. Les créateurs, les médiateurs culturels et les politiciens culturels sont incités par Frantiček Klossner à réaliser des actions spontanées, des performances ou des improvisations intimes, desquelles naissent - dans l'esprit de Gaston Bachelard "La fleur est toujours déjà dans l'amande" -, des miniatures poétiques et surréalistes. La performance Paradis de Sandra Gianfreda et Bernhard Mendes Bürgi sur le citronnier de la connaissance au Kunstmuseum Basel, par exemple, ou le collectif d'artistes que Klossner attire devant sa caméra avec la simple consigne de la table peacigen de la colocation : "Montez donc tout simplement sur les murs !" L'artiste en tant qu'animateur fait penser à l'impossible et le met en action. L'artiste en tant qu'archiviste crée des documents non conventionnels basés sur l'envie d'art, dont de nombreux moments désormais historiques, comme par exemple la performance de Martha et Maurice E. Müller avec une pelle et un pic dans l'excavation du futur Centre Paul Klee ou la performance "Abbey Road" avec Balthasar Burkhard, Claude Kuhn, Gerhard Johann Lischka et Alexander Tschäppät sur un passage piéton dans le quartier des ambassades à Berne. "L'exécution physique d'une action est fondamentale pour les multiples formes d'apparition de la performance artistique [...]", peut-on lire dans un Performance-Reader. Outre le fait que cela ressemble à un cas de force majeure, Frantiček Klossner réfute une telle définition avec ses œuvres intermédiales, dans lesquelles la vidéo, la performance, la photographie ou l'installation dépassent toujours un seul média. Ce n'est pas l'exécution physique, mais plutôt le plaisir physique et l'interaction des performeurs et des spectateurs qui apparaissent comme un moment central dans l'œuvre de l'artiste ; l'humour comme un autre. L'humour comme catharsis. Depuis l'art pictural, Klossner agit de manière insolente, rusée et innovante. Il examine le corps en tant que sculpture, en tant qu'œuvre d'art qui se dissout et se génère à nouveau, il fait intervenir tout naturellement la danse, le langage, le dessin et l'écriture dans le dépassement des limites en tant qu'attitude performative fondamentale. Il semble donc logique que l'exécution physique soit entièrement supprimée dans ce que Klossner considère comme "la performance la plus ultime". Tim Steiner, un ami artiste de Frantiček Klossner, qui porte une œuvre de Wim Delvoye sur son dos en tant que support d'image vivant, a dû faire découper le fameux tatouage pour une intervention médicale. Frantiček Klossner a accompagné son ami dans la salle d'opération pendant l'anesthésie et a documenté l'opération avec le photographe Simon Schmid. "La perte de conscience m'a profondément impressionné et m'a amené à me demander si une conscience était nécessaire pour la performance. Le corps de Tim Steiner, flottant sous anesthésie, était incroyablement présent et, dans sa passivité absolue, a créé un contrepoint fascinant à la volonté artistique active". La performance de l'ami anesthésié devient une expérience artistique pénétrante, un être d'art, totalement imprégné d'une évidence authentique, où les images ne s'érodent pas, mais continuent d'agir et d'inciter à l'impossible (en apparence). L'artiste devient un chuchoteur d'art. À la frontière de l'explicite et de l'implicite, l'art de Klossner libère de l'énergie et recèle un potentiel de contagion.


franticek-klossner-art-contemporain-dessin-crayon-sur-papier-kunsthalle-de-berne-la-commission-des-arts-fait-face-a-une-enigme
«La Commission des arts fait face à une énigme», dessin, tiré de la série: L'art fait de la politique, Franticek Klossner, Kunsthalle Berne, 2006

artiste-suisse-franticek-klossner-art-contemporain-en-dialogue-avec-histoire-culturelle-europeenne
«Sur la table à langer de l'histoire de l'art», Franticek Klossner, 1996, photographie de la série : «His- & Herstory», collection du Kunstmuseum Bern

franticek-klossner-artiste-suisse-performance-art-contemporain-en-dialogue-avec-histoire-de-la-culture
«Quand on perd sa tête, on est souvent récompensé par le fait de la retrouver dans un endroit totalement inattendu», Franticek Klossner, 1996, Photographie du cycle d'œuvres "His- & Herstory", collection du Kunstmuseum de Berne

Musée des Beaux-Arts de Berne, 2013

exposition par Kathleen Bühler: "La masculinité remise en question: Nouvelles images de l’homme dans l’art"

 

Franticek Klossner travaille principalement dans les domaines de l'art vidéo et de la performance. Sa série photographique "His- & Herstory" (1996) occupe une place à part dans son œuvre en tant que roman-photo resté unique. Les photographies carrées, agrandies, en noir et blanc, le montrent nu en train de dialoguer avec les sculptures grecques et romaines de la collection d'antiquités de Berne ainsi que dans des lieux publics ou secrets de la ville de Rome et d'Ostie. Après un séjour de deux ans en tant que boursier à l'Institut suisse, l'artiste s'était installé dans la ville de Rome, où il est resté actif jusqu'en 2000. La série de photos a été réalisée en même temps que ses installations vidéo très remarquées avec des "bustes parlants". Dans le cadre d'une enquête de rue, il avait interrogé des passantes et des passants sur leurs "premières expériences artistiques". Projetés sur les bustes antiques sous forme de mapping vidéo, leurs récits ont donné lieu à un discours extrêmement poétique sur l'art contemporain, entre Hermès d'Olympie et Apollon du Belvédère.

Mais à un autre niveau, ces installations vidéo étaient aussi une réponse pleine de ruses du pionnier de la vidéo à la polémique de l'époque qui dévalorisait l'art médiatique par rapport à la peinture et à la sculpture, au motif qu'avec les bandes vidéo, il n'y avait pas d'original, mais seulement des copies. Franticek Klossner s'oppose à cette attitude conservatrice de manière joyeusement physique et prouve par ses actions que même les plus grandes sculptures des collections d'antiquités ne sont que des copies en plâtre et qu'en fin de compte, seul son propre corps nu est un original.

Ainsi, l'artiste de la performance et des médias se rebelle d'une part contre la conception conventionnelle de l'art des années 1980 et 1990, et provoque d'autre part la perception bourgeoise de l'art en intégrant avec insouciance les célèbres œuvres de l'Antiquité grecque (comme l'Apollon du Belvédère, le lanceur de disque de Myron ou le satyre barré) comme partenaires de performance et en jouant avec des accessoires comme une poupée gonflable en caoutchouc ou le moulage en plâtre du sein droit de Pipilotti Rist. L'artiste signale ainsi sa proximité avec la thématique du genre, qu'il intègre toujours fortement dans son œuvre. De manière poétique et souvent presque réservée, ses œuvres incitent toujours à revoir sa propre pensée et à remettre en question les normes de genre et l'identité sexuelle. Ses pistes de réflexion ne sont pas intrusives mais pleines de ruses et de séduction. Elles laissent suffisamment de temps au public et l'incitent à remettre en question ses images intérieures. C'est précisément pour cette raison que sa série d'œuvres photographiques présente un intérêt particulier pour l'exposition sur la "remise en question de la masculinité" organisée par Kathleen Bühler au Kunstmuseum de Berne. La diversité culturelle, les changements sociaux et la confrontation avec les anciennes et nouvelles représentations de la masculinité sont indissociables de l'œuvre de Franticek. Il n'est donc pas étonnant qu'il se débarrasse de ses vêtements au Musée des antiquités et qu'il s'oppose de manière taquine et avec beaucoup d'humour au concept de "Kalokagathia", l'idéal grec de l'excellence physique et intellectuelle, en marmonnant doucement: «kalòs kaì agathós»


pier-paolo-pasolini-ostia-art-contemporain-performance-de-artiste-suisse-franticek-klossner
Sur le lieu de la mort de Pier Paolo Pasolini à Ostie, 1997, performance de Franticek Klossner photographiée par Gian Paolo Minelli
institut-suisse-de-rome-franticek-klossner-artiste-suisse-et-les-bustes-du-parc-de-la-colline-pinicio-roma
Prise de contact - Histoire culturelle en dialogue, Performance de Franticek Klossner dans le parc des 229 bustes, Monte Pincio, Rome, 1997, photo: Gian Paolo Minelli


galerie-c-neuchatel-art-contemporain-artiste-franticek-klossner-eudaimonia-et-ataraxie
l'œuvre au spectateur: «tu peux me voir - et je sens tes regards», Franticek Klossner, 2018, Photographie, superposé de manuscrits en verre, Poésie visuelle de la série : "Eudaimonie et Ataraxis"

chatouiller la pensée

Au stylo à bille ou au feutre, Frantiček Klossner dessine les jalons de l'histoire de l'art sur les ventres de ses amis. Le corps devient un support d'image... en médiateur entre l'histoire de l'art récente et l'art contemporain. Le nombril - ombilic - agit dans les dessins comme point de départ et protagoniste impertinent : avec une bouche ouverte et étonnée dans l'"Angelus Novus" selon Paul Klee, comme gland sur un pénis en érection dans l'"Homme debout" selon Pablo Picasso ou caché derrière une épaisse pilosité corporelle dans la "Tasse en fourrure" selon Meret Oppenheim. Les dessins griffonnés sur les corps ne chatouillent pas seulement leurs porteurs, ils chatouillent aussi notre pensée : en souriant, nous redécouvrons l'histoire de l'art. Avec malice, Frantiček craque l'essence des œuvres citées et dresse ainsi une image extrêmement physique de l'appropriation personnelle de l'histoire culturelle: l'art est incorporé avec volupté.

 

galerie-c-neuchatel-art-contemporain-dessins-sur-la-peau-par-l-artiste-franticek-klossner
"Déjeuner en fourrure d'après Meret Oppenheim", Esquisse directement sur la peau, Feutre sur Arthur, Franticek Klossner, 2015, de la série : "L'histoire de l'art chatouille"

franticek-klossner-art-contemporain-et-danse-choregraphie-de-ballet-pour-la-compagnie-de-danse-du-stadttheater-berne-la-sincerite
«La sincérité», chorégraphie pour la compagnie de danse du Stadttheater Bern, Franticek Klossner, Première, 2017

franticek-klossner-art-contemporain-et-danse-choregraphie-de-ballet-pour-la-compagnie-de-danse-du-stadttheater-berne
«La sincérité», chorégraphie de l'artiste Franticek Klossner pour la compagnie de danse du Stadttheater Bern, 2017

franticek-klossner-artiste-contemporain-suisse-installation-video-art-ephemere
«Kairos et Chronos», installation vidéo performative avec portrait-sculpture en fusion, Frantiček Klossner, Musée des Beaux-Arts de Berne, exposition "Feu Sacré", 2013

Kairos et Chronos

Un autoportrait de l'artiste en glace est suspendu au-dessus d'un grand plan d'eau. Au début de son accrochage, il s'agit du moulage exact à l'échelle 1:1 de la tête de l'artiste. Tout juste sorti de la chambre froide et suspendu la tête en bas à une boucle métallique, ce corps de glace impressionnant se recouvre d'abord d'une couche blanche veloutée de givre, avant de commencer à fondre progressivement en raison de la température ambiante. Finalement, les fins cristaux de glace blancs se dissolvent et les gouttes d'eau qui tombent deviennent le rythme cardiaque de l'installation vidéo. Projetés sur l'eau, des enregistrements vidéo d'un œil au regard attentif et l'image d'un jeune homme nu dans une position embryonnaire apparaissent en alternance. Un projecteur vidéo a été placé de manière à ce que ces images soient exactement reflétées et agrandies par la surface de l'eau sur le mur opposé de la pièce. Mais les gouttes d'eau irrégulières qui tombent en permanence de la tête de l'artiste en train de fondre créent - comme des gouttes de pluie individuelles sur un lac - des cercles naturellement concentriques et pulsants sur l'eau. Et comme la projection vidéo est une "image lumineuse", les vagues produisent de multiples réfractions et amplitudes visuelles au sein de l'image miroir comme dans la projection de l'image. Il en résulte une situation impressionnante, en constante évolution, tant à la surface de l'eau que dans la vidéo proprement dite, dans laquelle le spectateur est impliqué comme par enchantement. On dirait qu'au regard du spectateur répond le contre-regard hypnotique du grand œil, suivi ensuite du corps recroquevillé du jeune homme nu. Et tout cela est imprégné par les cercles et les oscillations concentriques dynamiques émanant des gouttes d'eau, pour finalement se condenser en une image globale impressionnante qui défie l'attention du spectateur. (Texte : Peter Friese, Kunstverein Ruhr, 2015)

art-video-exposition-au-kunstverein-ruhr-essen-nrw-allemagne-art-contemporain-franticek-klossner
«Kairos et Chronos», Vue de l'exposition, Kunstverein Ruhr, Essen, NRW, Franticek Klossner, 2015

art-video-de-l-artiste-contemporain-suisse-franticek-klossner-musee-des-beaux-arts-de-berne
Vue détaillée de l'installation vidéo «Kairos and Chronos», Musée des Beaux-Arts de Berne, 2013

autoportrait-congele-artiste-suisse-franticek-klossner-art-contemporain-installation-performative-art-ephemere
«Kairos et Chronos», installation vidéo performative, Musée des Beaux-Arts de Berne, exposition "Feu Sacré", 2013

franticek-klossner-epfl-lausanne-suisse-art-contemporain-sculpture-performative-rolex-learning-center-batiment-sanaa-bibliotheque
«Brainwave», sculptures performatives de la série "Melting Selves", Franticek Klossner, Rolex Learning Center, Sanaa Building, Bibliothèque EPFL, Lausanne, 2013

franticek-klossner-artiste-suisse-sculpture-autoportraits-congeles-les-corps-font-fondre-les-tetes
«Körper schmelzen Köpfe», (les corps font fondre les têtes), série photographique d'autoportraits congelés, Franticek Klossner, Dampfzentrale Berne, 1990

reinking-collection-art-contemporain-hambourg-tim-steiner-wim-delvoye-franticek-klossner
Un buste en train de fondre à côté de "Tim" by Wim Delvoye, Collection d'art Reinking, Musée Weserburg à Brême, 2014
weserburg-bremen-collection-reinking-contemporary-art-hambourg-franticek-klossner-autoportrait-congele
Vue d'exposition: Collection Reinking au Musée d'art contemporain, Weserburg Brême, 2014


rik-reinking-collection-art-contemporain-hambourg-franticek-klossner-autoportrait-congele
Un public attentif lors de l'exposition de la collection Reinking au musée Weserburg de Brême, 2014

Franticek Klossner